Guerre au Kivu:le président Tshisekedi accusé par le FCC

Dépêche RFI

La résurgence de la rébellion du M23 survient, selon le communiqué du FCC, après des négociations avec ses leaders sous la facilitation du Rwanda, en octobre 2019, pour assurer le rapatriement, l’amnistie ainsi que l’intégration militaire et politique des éléments de ce groupe armé. Le FCC, poursuit le communiqué, appelle le peuple congolais à se lever comme un seul homme pour dénoncer les actes qui frisent la complicité.

La députée nationale Marie-Ange Mushobewa, membre du bureau politique et du comité de crise du FCC explique le point de vue de la coalition.

Le FCC dénonce la gouvernance chaotique, irresponsable et sans vision du président Tshisekedi et de son gouvernement, gouvernance dont cette guerre est la triste conséquence. Le FCC exige du président Tshisekedi et de son gouvernement des explications claires sur les accords militaires et économiques signés avec le Rwanda, l’Ouganda et le Kenya. Les actes du gouvernement frisent la complicité avec les ennemis de notre nation et les acteurs de la balkanisation de la République démocratique du Congo […] A aucun moment Joseph Kabila n’a conclu d’accord secret avec ces pays.

Marie-Ange Mushobewa

Deux soldats rwandais capturés

Pendant ce temps, les autorités congolaises durcissent les accusations contre le Rwanda, constate notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa. Le pays de Paul Kagame, selon les responsables de la province du Nord-Kivu, ne se limite pas à appuyer les rebelles du M23 aux prises avec les forces armées congolaises dans l’est de la République démocratique du Congo ; ses troupes opèrent activement sur le territoire congolais. Pour étayer ces accusations, les autorités ont présenté aux médias deux soldats capturés samedi 28 mai.

Selon le général Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, les deux soldats rwandais ont été pris par des villageois de Bihumba dans le territoire de Rutshuru à plus de 20 kilomètres de la frontière rwandaise. Le porte-parole militaire affirme que les deux hommes ont avoué avoir été déployés sur le territoire congolais, mercredi, avec pour but d’attaquer le camp stratégique de Rumangabo.

Les combats ont été intenses. Dans leur débâcle, poursuit l’officiel congolais, les deux militaires rwandais se sont égarés avant d’être capturés par des villageois. 

Pour sa part, l’armée rwandaise indique dans un communiqué que ses deux soldats ont été kidnappés par les FDLR, un groupe rebelle rwandais basé en RDC et considéré comme génocidaire par Kigali. Toujours selon le Rwanda, ces militaires auraient été kidnappés lors d’une attaque conjointe des forces congolaises et des FDLR sur une patrouille de soldats rwandais le long de la frontière. Kigali demande aujourd’hui leur libération.  

Et l’Église protestante congolaise, elle, réclame des procès publics à l’endroit des deux détenus. Elle encourage le gouvernement à envisager une rupture des relations diplomatiques avec le Rwanda

Le président de la RDC Félix Tshisekedià Kinshasa le 20 février 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :